Achaïra n° 175 : La fin de l’impossible

Depuis une semaine je travaille sur la création d’un texte à partir d’un texte déjà existant,en l’occurrence l’essai philosophique de Paul Audi : »la fin de l’impossible », sur l’œuvre de Romain de Gary.

La fin de l’impossible

A l’instant où saignent nos cœurs,
Au regard de nos impuissances,
On trouve enfin la délivrance,
Grâce à notre rire salvateur,

Il dissipe nos peurs et nos doutes,
Son souffle chasse la réalité,
Son triomphe sur l’adversité,
Nous fait oublier nos déroutes,

Refrain:Rions avant qu’il soit trop tard,
Pour se moquer d’ notre condition,
Lorsqu’ ironie et dérision,
Deviennent nos seuls exutoires,

Face à la rigueur du réel,
Qui nous maintient les pieds sur terre,
Le pouvoir de l’imaginaire,
Dirige notre élan vers le ciel,

Il colore les rues les plus tristes,
En un jardin de mille fleurs,
Où naïveté et candeur,
Sont la palette de l’artiste,

Refrain:Rêvons à la fin d’l’ impossible,
En devenant des enchanteurs,
Car face à nos ordonnateurs,
Rien ne vaut le monde sensible,

Que l’Homme naisse à la liberté,
Face aux cruelles lois d’ la nature,
Voilà la plus belle aventure,
Qu’il est en devoir d’espérer,

Il est un pionnier de lui même,
Qui n’ cesse de frayer son chemin,
Lendemain après lendemain,
Grâce à toutes les graines qu’il sème,

Refrain:Croyons en l’avènement de l’Homme,
Face à l’implacable destin,
Accomplissons notre dessein,
De ne plus être une bête de somme,

Inutile de prendre la fuite,
Devant notre quête d’absolu,
L’Homme y cherche encore son issue,
Afin dépasser ses limites,

Un jour ou l’autre l’Homme se fera,
La vérité est sans frontières,
Pour se libérer de ses fers,
Il lui reste à sortir de soi,

Refrain:Luttons pour notre liberté,
Sans avoir à rendre les armes,
Les rires,les colères et les larmes,
Défiant la fatalité.

Références utilisées pour le texte:
« L’Homme n’est qu’un pionnier de lui même »,(Gary)

« les homme de civilisation sont ceux qui essayent de bâtir une civilisation autre,n’y arrivent pas,et jettent ainsi derrière eux,dans le sillage de leurs échecs,les fondations de de cette civilisation nouvelle qu’ils ne parviennent pas à construire délibérément »(Romain Gary)

« Il faut savoir attendre, mes bons amis,et surtout voir grand,apprendre à compter en âges géologiques,avoir de l’imagination:alors là,l’homme,ça devient tout a fait possible,probable même:il suffira d’être encore là quand il se présentera »(Romain Gary)

« ….Je découvris l’humour,cette façon habile et entièrement satisfaisante de désamorcer le réel au moment même où il va vous tomber dessus.L’humour a été pour moi tout le long du chemin,un fraternel compagnonnage ;je lui dois mes seuls instants véritables de triomphe sur l’adversité »5romain Gary)

« Où faut-il voir la vrai nature de l’homme? dans son élan vers le ciel ou dans l’impuissance à s’arracher à la terre »(Chestov)

‘l’homme s’attaque-il réellement aux lois éternelles de la nature quand il ne brandit en guise d’arme que ses rires,ses cris,ses plaintes,ses larmes,ses malédictions,sa colère? Brise-t-on le mur de l’impossible avec pour seul armement des vœux pieux et du vent? Arrivera-t-on par ce biais à changer quoi que ce soit à l’immuabilité du réel et à l’immuabilité de ses lois?(Audi)

« ….l’imagination et la liberté,en tant qu’elles forment les deux faces d’une seule et même réalité-celle qui se définit par le besoin de se délester de ce fardeau trop écrasant que chacun appelle « je », »moi ».L’ homme ,disait Proust,ne pense pas à soi,il ne pense qu’à « sortir » de soi. »

« la vérité est sans frontières »(Melville)

« Qu’est ce qu’attendre la fin de l’impossible? C’est espérer mettre fin à tout ce qui détermine aux yeux de l’homme la finitude de son pouvoir,et,en même temps,c’est espérer que son humanité naisse à la liberté »(Audi)

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans Achaïra, Créativité, Poésie, Ecritures. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *