Colères noires

Bonjour,


Je suis dans des colères noires, de la couleur du vomi de PH 13 du bassin de rétention de la Smurfit à Biganos.

Ce nouvel accident industriel du 5 juillet 2012 n’a déversé que « seulement environ 100 à 500m3 » sur les 3500 que contiennent ce bassin qui habituellement distille en toute discrétion dans le gros égout commun qui fait le tour du Bassin (d’Arcachon) en collectant toutes les stations d’épuration pour aller se déverser en mer par un émissaire nommé le Wharf peu au large de la plage de la Salie (la bien nommée) à l’entrée des passes sud du Bassin.  La responsabilité de la pollution est en temps « normal » dilué entre tous ceux qui rejettent dans ce grand égout qui déverse 70 000 m3 d’effluents chaque jour, avec des pics estivaux, chiffre en expansion avec l’explosion démographique du Bassin. Cette usine vétuste tourne à plein régime jour et nuit. Comment peut-on construire une centrale nucléaire au bord d’un estuaire majeur (Braud Saint Louis au bord de la Gironde) qui a frisé d’un cheveu l’accident majeur type Fukushima en 1999, comment peut-on construire et surtout continuer à tolérer en 2012 une usine hyper polluante comme l’usine de pâte à papier de Biganos (« gros anus » en anglo-gascon) ??? et je ne vous parle pas de l’odeur pestilentielle, mieux vaut ne pas être sous son vent, ça « Smurf » pas bon.

Conséquence immédiate et la plus visible : poissons le ventre en l’air flottant sur notre rivière la Leyre qui se jette dans le Bassin d’Arcachon dans la commune du Teich par un magnifique delta d’une biodiversité rare ; son parc ornithologique abrite les oiseaux sédentaires et migrateurs.

J’habite le Teich et ma jeune famille (4 et 6 ans) se baigne, navigue et pêche à pied ou en bateau dans la Leyre, son estuaire, le Bassin et l’Océan. Dans les années 60, le Wharf n’existait pas et la grande lagune communiquait avec l’océan par une passe. Nous y allions souvent en famille.  On laissait la 403 ou la 2CV au bord de la piste en ciment et on traversait la forêt dunaire. Quand il y avait une autre famille, c’est qu’il y avait du monde ! Terrain de jeu extraordinaire pour mes frères et moi. Sa rive Est était en pente douce et la Ouest très à-pic, au point que l’on pouvait en plonger. D’autant plus que l’eau y était plus chaude que dans l’océan. Une vraie piscine en eau de mer ! Cette lagune aux eaux chaudes abritée des vagues de l’océan était un paradis pour les poissons, les crustacés et les coquillages. On y venait à pied depuis la piste en ciment en traversant la forêt dunaire. Souvenirs d’enfance heureuse… Je souhaite que tous puissent goûter les joies du Bassin sans danger pour la peau et l’organisme.

Par arrêté préfectoral, l’usine Smurfit va envoyer en mer par le Wharf ses 3500m3 de boues noires contenues dans sa « piscine » fissurée et continuer à déverser en continu comme avant comme si de rien n’était !!!! La pollution institutionnalisée passe mieux.

Cette usine est alimentée en continu en pin maritime par une noria de camions. Ah ! ces jolis champs d’arbres qui s’étendent sur 1 million d’hectares autour de nous. Eh bien, pour éviter une perte de production de quelques pour cents, ce qui est normal pour toute culture où l’on admet jusque 25 à 30% comme perte moyenne normale, ne l’est pas pour le pin maritime dont on ne sait que faire (500.000 tonnes toujours stockées suite dernière tempête à Belin-Beliet), l’État français vient de se mettre de nouveau hors la loi européenne en autorisant l’épandage aérien de pesticides et insecticides pour tuer les chenilles processionnaires qui aime bien le pin maritime !!! Les zautorités ont admis que les abeilles sont affectées par ces traitements… Je travaille dans la recherche scientifique forestière. Une masse considérable de publications scientifiques basée sur des relevés, des observations et des expérimentation de terrain ont montré que :

Épandage également autorisé sur les champs de maïs, culture hyper énergivore en intrants agricoles, grosse consommatrice d’engrais et de traitements, irriguée par pompage en eau profonde, très intéressée par les OGM et destinée à l’alimentation du bétail pour la viande dont on peut très bien se passer.

Nouvelle preuve s’il en fallait : je n’ai aucune confiance dans nos dirigeants pour assurer notre sécurité physique réelle.
C’est pourtant bien le premier devoir de l’État. En cas de pet majeur, ce sera chacun pour sa peau, comme au Japon. Il parait qu’il a des verts au gouvernement. Le changement, c’est maintenant ?

Proposition : fermeture du Wharf, déviation de la canalisation vers les terrains de la base aérienne de Cazaux ou du Centre d’Essai des Landes pour traitement des effluents des habitants du Bassin et de ses industries par lagunage et décontamination de tous les produits chimiques, les solvants et les métaux lourds. Dans « Wharf » il y a « War » : kaki et kaka, ça va bien ensemble.

Et on n’a pas fini de rigoler, le gaz de schiste est annoncé dans la région, ce sera plus facile qu’en Ardèche, les Landes sont désertes, les concessions déjà accordées, les pipeline déjà en place pour les forages de Biscarosse. L’expérience des entreprise locales, des Syndicats intercommunaux, des élus et des préfectures des Landes et de la Gironde permettra de gérer la communication autour des gros tuyaux.

Et silence sur le stockage d’uranium appauvri au Barp provenant des tirs en plein air à Saugnac et Muret. La vie de l’uranium appauvri est de 4,5 milliards d’années, soit à peu près l’âge de la Terre…

Jean-Marc

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.