[Palestine] : Mission 15 avril – communication – actions de solidarité

MERCI DE PRENDRE LE TEMPS NECESSAIRE A LA LECTURE DE CETTE NOTE

Bonjour,

Mission Bienvenue Palestine – 15 avril 2012 :
Vous le savez sans doute désormais, nous sommes une quinzaine de girondins à rejoindre les 500 et quelques français qui participeront à la mission internationale Bienvenue en Palestine qui commence le dimanche 15 avril 2012.

Les girondins de la Mission :
Nous sommes 3 adhérents de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Talence de ce voyage, et à ce titre nous sommes membres de la coordination BDS 33 (http://coordinationbds33.blogspot.fr/) et il y a d’autres bordelais et une dizaine de libournais. Nous partons toutes et tous vers Tel Aviv mais par des vols différents.

Objectif de la Mission :
La Palestine connait une situation de blocus, celui de Gaza est revendiqué par Israël, dénoncé par certains Etats mais accepté et finalement reconnu par l’ONU, il est dénoncé par les mouvements de solidarité comme « la Flottille pour Gaza » et celle-ci a été réprimée. Mais la Palestine connait aussi un blocus plus méconnu, c’est celui de la Cisjordanie. Il n’est pas revendiqué par l’Etat israélien, donc pas dénoncé pour autant, il est impossible de se rendre en Palestine hormis clandestinement, ceci est valable pour les hommes et les femmes qui veulent rentrer voire sortir de Cisjordanie mais cela l’est aussi d’une certaine façon pour les marchandises. Nous nous sommes rendus clandestinement en Palestine (Cisjordanie) en décembre 2010 pour tisser des liens avec les palestiniens. En juillet 2011, nous avons revendiqué notre visite aux palestiniens et nous avons été bloqué en grande partie dans les aéroports européens, les compagnies ayant annulé nos billets sur demande du ministère de l’intérieur israélien et n’en doutons pas l’aval des autorités françaises. Pour celles et ceux qui n’ont pas été bloqués à l’embarquement, ils ont été arrêtés à l’arrivée à Tel Aviv et mis en rétention. Nous étions 342 passagers mis sur « liste noire ».
En avril 2012, nous recommençons l’opération, mais encore plus nombreux.
Notre objectif, je vous le rappelle est donc très simple : mettre en lumière la situation de la Cisjordanie et Jerusalem-Est à côté de celle de Gaza. Affirmer l’existence de la Palestine et ne plus mentir à la frontière.
Nous n’avons aucun objectif dans les territoires israéliens, les cars pour nous amener en Cisjordanie sont déjà payés et nous sommes prêts à être escortés par les autorités israéliennes de l’aéroport de Ben Gourion jusqu’en Palestine.
Je vous rappelle qu’il n’existe aucun autre moyen de se rendre en Cisjordanie si ce n’est de passer par des postes frontières israéliens !
Nous sommes tous en règle administrativement et sommes attendus en Palestine par diverses associations de la société civile palestinienne et nous avons des programmes d’aide aux palestiniens à réaliser sur place, si les autorités israéliennes nous laissent passer. Nous avons en projet de participer à la construction d’une école à Bethléem. Au sein de ce grand projet scolaire est même prévu une école hôtelière. Mais comme nous sommes nombreux, il y a bien d’autres projets, tant de réparation de constructions collectives détruites, comme une école maternelle que d’aides agricoles comme la plantation de nombreux arbres, sources de vie, d’espoir et d’avenir.
Notre souhait est bien que les autorités israéliennes nous laissent répondre à l’invitaton que nous ont donné les associations palestiniennes et nous fassent droit de rentrer en Palestine.
Notre mission est fondamentalement non-violente et vise à alerter le monde sur le blocus de la Cisjordanie.

Nos obstacles :
Comme vous l’avez peut-être vu sur le site du Ministère des Affaires étrangères, nous n’aurons aucun soutien des autorités françaises. Les risques sont grands d’être à nouveau bloqués dans les aéroports au départ le dimanche 15 avril ou bien d’être expulsés contre notre grès ou plus sûrement mis en rétention à l’arrivée à Tel Aviv. Pourtant lorsque des citoyens turcs ont été refoulés d’Israël, les autorités turques ont refoulés les voyageurs israéliens et depuis les voyageurs turcs n’ont plus de problèmes lorsqu’il voyagent par Israël, des mesures de réciprocité sont donc possibles de la part des autorités françaises si elles le souhaitaient.

Comment vous tenir informé :
Nous vous rappelons que la mission dispose d’un site, http://www.bienvenuepalestine.com, qui sera le site principal d’émission d’informations sur la mission, de même que le site http://www.europalestine.com
Chacun de ces deux sites a un compte Twitter, et nous vous invitons à vous y abonner dès maintenant.  Pour le site bienvenue : @touspalestine ; et pour le site europalestine :  @Europalestine1
Le site bienvenue a en outre une page officielle Facebook associée. Dans la mesure de nos possibilités, le site http://caamlg.free.fr rendra compte de nos informations personnelles.

Et maintenant, que risque-t-il de se passer et comment réagir ?
Peut-être dés dimanche 15 avril au matin, apprendrez-vous que des personnes sont bloquées dans divers aéroports en France ou ailleurs, par le site sans doute.
A Bordeaux se tient la « maison » du Ministère des Affaires Etrangères de la France, Alain Juppé, il semble naturel de cibler la porte de la Mairie de Bordeaux pour interpeller son locataire et exiger notre liberté de circuler, cela peut se faire dés dimanche après-midi.

Si vous apprenez dans la soirée, que nous sommes mis en centre de rétention dans les prisons israéliennes, il semble là aussi normal de manifester dés le lundi et tous les jours jusqu’à notre libération devant la Mairie de Bordeaux pour exiger que les autorités françaises interviennent là-bas.

Nous comptons assez naturellement sur la Ligue des Droits de l’Homme pour donner un cadre à ces rassemblements. Nous comptons que s’y associe les nombreux mouvements qui défendent la liberté de circulation et le refus des guerres et du colonialisme.

Pour vous aider à avoir une apparition visuelle lors des rassemblements devant la Mairie, je vous envoie un document avec des maquettes de pancartes pour vous aider s’il fallait aller vite.

L’important sera aussi le relai fait auprès des médias et en cette période électorale de voir comment les candidats et leurs soutiens prendront en compte le sort de leurs ressortissants dans cette situation.

Communiquer vers qui ?

En premier lieu, il faut informer vos propres réseaux

En second lieu, en direction d’interlocuteurs ayant une existence institutionnalisée :  autorités diplomatiques françaises et européennes, médias traditionnels, médias alternatifs.

Voici une liste de contacts à prévenir, interpeller :

Institutions en France  (vous demandez à parler aux personnages en question quand vous appelez. Vous dites « Je voudrais parler à M. Sarkozy ; à M. Juppé, etc)

          M. le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, 01 43 17 53 53 ; M. Le Président de la République Nicolas Sarkozy, 55  rue du Faubourg St-Honoré, 75008 – Paris, tel 01 42 92 81 00 ; M. Le Président du Sénat Jean-Pierre Bel  01 42 34 20 00 ; et M. le Président de l’Assemblée Nationale Bernard Accoyer  01 40 63 60 00

Voici maintenant une liste de téléphones et emails, pour vos amis restés en France.

Médias nationaux :

AFP :  standard 01 40 41 46 46 et demander la rédaction en chef étranger

Le Monde : 01 57 28 20 00 et demander deux choses : la rédaction internationale d’une part, la rédaction de lemonde.fr d’autre part

Libération : 01 42 76 17 89 et demander deux choses : la rédaction internationale d’une part, la rédaction liberation.fr d’autre part

Le Figaro : 01 57 08 50 00 et demander deux choses : la rédaction étranger d’une part, la rédaction lefigaro.fr d’autre part

France 24 : 01 73 01 24 24

Le Point : 01 44 10 10 10 : demander rédac étranger et rédac lepoint.fr

L’express : 01 75 55 10 10 : demander rédac étranger et rédac lexpress.fr

France 2 : 01 56 22 42 42 demander rédac étranger

Europe 1 : 01 47 23 56 78

L’Humanité : 01 49 22 72 72

BFM radio et TV : 01 71 19 11 81 demander la rédaction

RTL : 01 40 70 40 70

Journaux régionaux :

(pour chacun d’entre eux, demander « la rédaction », ou alors « la rédaction en chef »)

Le Bien Public (Dijon, Bourgogne) : 03 80 42 42 42
La Voix du Nord (région Nord/PdC) : 03 20 78 42 44
Nord Eclair (région Nord/PdC) : 03 20 28 04 90
Ouest-France (Bretagne et Normandie) : 02 99 32 29 29
Le Midi Libre (Montpellier, Languedoc-Roussillon) :  04 99 74 35 00
Le Progrès  (Lyon et Rhône-Alpes) : 04 7222 23 23
L’Alsace (Alsace, Mulhouse) : 0811 74 00 75
Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA, Strasbourg, Alsace) : 03 88 21 57 57
La Montagne (Auvergne, Limousin, Clermont-Ferrand) : 04 73 17 17 17
La Provence (Marseille, PACA et Corse) : 04 91 84 45 45
La Marseillaise (Marseille, PACA) : 04 91 57 75 00
L’Indépendant (Perpignan) : 04 68 64 88 88
Le Dauphiné Libéré (Grenoble, Rhône-Alpes) : 04 76 88 73 39
Le Courrier Picard (Amiens, Picardie) : 03 22 82 60 00
Le Courrier de l’Ouest (Angers, Pays de la Loire) : 02 41 68 86 88
La Dépêche du Midi (Toulouse, région Midi-Pyrénées) :  05 62 11 33 00
Nice Matin (Nice, région PACA et Corse) : 04 93 18 28 38

Sud-Ouest (Bordeaux, Aquitaine, Charentes-Poitou) :  05 35 31 37 97 et 05 35 31 31 31

Rajoutez France 3, Radio bleue gironde, TV7, La Clé des Ondes, O2radio,  etc…., enfin tous les médias locaux de votre connaissance.

Propositions de pancartes, slogans et autres :

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.