Achaïra n° 198 : éphéméride de décembre

ÉPHÉMÉRIDE DÉCEMBRE 2017 – Pierre KROPOTKINE

Pierre Kropotkine (1842-1921) a été l’un des plus grands théoriciens de l’anarchisme. « Prince et géographe », il est moins connu que Bakounine (1814-1876). Savant et non homme d’action, partisan des alliés pendant la Première Guerre mondiale, récupéré par les Soviétiques (une grande artère et une station de métro portent son nom à Moscou), critiqué par les anarchistes comme scientiste…

La pensée de Kropotkine pourrait sembler dépassée. Et pourtant ! On oublie ou on ignore l’influence de ses écrits sur la révolution espagnole de 1936-1939, Abad de Santillan, Isaac Puente, Pierre Besnard s’en sont inspirés mais l’organisation même de l’autogestion s’inscrivait dans le cadre prévu par lui (la conquête du pain).

Né dans une vieille famille aristocrate, Kropotkine reçoit un enseignement militaire et scientifique de 1857 à 1862. De 1862 à 1867, il vit en Sibérie où il étudie la géographie des différentes régions. A son retour à Moscou, il fréquente divers cercles socialisants.

C’est en 1872 qu’en Suisse il entre en contact avec les militants de la Fédération jurassienne influencés par Bakounine. Il écrit dans leur bulletin, puis dans le Révolté (1879 – 1885), la Révolte (1887 – 1894), – deux journaux fondés conjointement avec Elisée Reclus -, les temps nouveaux (1895 -1918) mais aussi Freedom à Londres (1886 – 1914).

De retour en Russie en 1874, il est emprisonné pour « propagande subversive et action révolutionnaire ».

A Lyon en 1883, il est jugé dans le procès des 66 pour appartenance à l’AIT et restera emprisonné de 1883 à 1886 (manifestations à Monceau-les-Mines et attentas à la bombe à Lyon).

Dans ses écrits, Kropotkine défend tout d’abord toute action, tous les moyens pour lutter contre l’Etat, l’ordre établi, le capitalisme mais en 1890 dans le Révolté il écrit : « un édifice basé sur des siècles d’histoire ne se détruit pas avec quelques kilos d’explosifs ».

Le premier livre de Kropotkine s’intitule « aux jeunes gens », en 1881 c’est une brochure !

Sinon, un florilège de son œuvre : « Paroles d’un révolté » en 1885, la Morale anarchiste en 1891, la Conquête du pain en 1892, l’Entraide en 1906 et la Grande Révolution en 1909.

En 1916, Kropotkine signe le manifeste des 16 prenant le parti des « alliés ». En 1917, il revient en Russie, et fidèle à ses convictions, refuse les offres de Kérenski puis de Lénine.

Il meurt en 1921, ses funérailles à Moscou sont grandioses. C’est la dernière manifestation anarchiste. Quelques semaines plus tard c’est l’écrasement du soulèvement de Kronstat.

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans éphéméride, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.