[Espagne] : Liberté pour Laura Gomez, secrétaire de la CGTe, incarcéréé

Liberté pour Laura Gómez

Comme toutes et tous vous le savez, le 24 avril dernier la camarade Laura Gómez, secrétaire d’organisation de la Fédération locale (CGT) de Barcelone, a été arrêtée sur la voie publique  par les mossos d’esquadra (CRS catalans). Le 25 avril elle a été déférée devant la chambre n° 23 en tant que présumée coupable de délit, trouble à l’ordre public, incendie et atteinte aux droits fondamentaux. Le ministère public a demandé la prison préventive sans caution et le tribunal a décidé son incarcération vu la « gravité des faits », pour éviter le risque de fuite, de dissimulation de preuves, et empêcher d’autres délits …

Les « graves délits » qui lui sont reprochés sont d’avoir participé le 29 mars, jour de la grève générale, à une mise en scène devant la Bourse de Barcelone, au cours de laquelle on a brûlé  symboliquement des cartons remplis de papiers (faux billets de banque).
La seule et unique raison pour laquelle la camarade est incarcérée, c’est parce qu’elle est syndicaliste, qu’elle lutte contre le système capitaliste qui nous exploite, parce que c’est une militante sociale qui refuse de vivre à genoux. Le système doit faire un exemple pour se sentir fort, et dans ce but il bafoue la liberté des individus. Le cas de Laura est un exemple de la violence du pouvoir, de l’Etat répressif.
Laura est détenue dans les pires conditions en regard de la loi actuelle (prison sans possibilité de libération sous caution), parce qu’il existe des responsables politiques qui sont en train d’engendrer un Etat autoritaire, dictatorial, fasciste, décidé à en finir avec les droits et les libertés du peuple, à s’en prendre directement à la CGT, aux organisations syndicales et sociales que nous avons choisi pour lutter, résister, nous défendre.
Avec Laura, il y a eu beaucoup de personnes arrêtées ces jours-ci à Barcelone, Valence, Madrid, Tarragone etc., toutes pour avoir participé à la grève générale du 29 mars, ce qui est le fait d’un véritable Etat policier, répressif.
La CGT prévient et avertit le gouvernement de l’Etat espagnol et celui de Catalogne, qu’elle va continuer d’exercer ses droits fondamentaux pour se défendre contre les agressions directes de leur politique économique, antisociale, raciste, xénophobe et répressive (modification du Code pénal, fermeture arbitraire des frontières, ouverture de sites web pour encourager la délation, exacerber le conflit social entre les idéologies et les classes, mise en place d’une politique de répression du droit pour le peuple à manifester, à organiser des piquets de grève, à exercer même le droit de grève).
La CGT ne fuira pas ses responsabilités devant les travailleuses et les travailleurs, ni son engagement pour la défense de la justice sociale. Nous, travailleuses et travailleurs, ne sommes pas des délinquants. La CGT va continuer de se défendre contre l’Etat policier que met en place le gouvernement, et annonce publiquement qu’elle va convoquer de nouveau autant de mobilisations et de grèves générales qu’il le faudra pour que les travailleuses et les travailleurs soient respectés, et récupèrent leurs droits.

Secrétaire permanent de la CGT  (le 27 avril 2012)
(Traduction : groupe Salvador-Segui de la FA)
site du comité de soutien à Laura Gomez : http://comitelauragomez.blogspot.fr/

Mercredi 25 avril 2012, Laura Gomez, secrétaire de la CGT-Barcelone (anarcho-syndicaliste), est incarcérée pour avoir brûlé des faux billets de banque devant la Bourse de la capitale catalane pendant le mouvement de grève générale du 29 mars. En attente de son procès, elle est donc emprisonnée, sans possibilité de libération sous caution. Cette décision politique s’inscrit dans un climat généralisé de répression du mouvement social en Europe, et en Espagne en particulier. Fondé le 2 mai 2012 à l’initiative du groupe Salvador-Segui de la Fédération anarchiste, le Comité de soutien à Laura Gomez vise à relayer, en France, l’évolution de la situation et à organiser diverses actions pour exiger la libération immédiate de notre camarade. Il est ouvert à toute personne souhaitant agir dans ce sens. Pour tout contact : libertelauragomez@gmail.com
SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans International, Syndicalisme, Travail, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.