2 rdv à Bordeaux lundi 17 octobre pour les 50 ans des massacres du 17 octobre 1961

17 octobre 2011_50 ans du 17 octobre 1961_DNSI 33.pdf Download this file

Expéditeur:Dailleursnoussommes dici33

Date:2011-10-16 14:05:46

Sujet:2_rdv_à_Bo rdeaux_lundi_17_octo bre_pour_les_50_ans_ des_massacres_du_17_ octobre_1961

Bonjour !

Le collectif D’ailleurs nous sommes d’ici 33 vous invite

le lundi 17 octobre 2011 à

2 r-d-v pour les 50 ans des massacres du 17 octobre 1961 :

  • À 18h : à la Machine à Lire (8 place du Parlement) : Présentation par Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales rattaché à l’université Paris-VIII, de ses deux livres : L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009) et Les marchands de peur. La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire (Libertalia, 2011). Il sera mis à la question par Ollivier Joulin, conseiller national du Syndicat de la Magistrature.


  •  à 20h : à l’Utopia (5 place Camille Julian) : Avant-première du film « Ici on noie les Algériens (17 octobre 1961) » de Yasmina Adi (sortie en salle le 19 octobre 2011). Projection suivie d’un débat avec le public animé par M. RIGOUSTE.


Vous trouverez en pj l’affiche annonçant ces évènements.

Les massacres du 17 octobre 1961 désignent la répression sanglante ayant frappé une manifestation pacifique organisée par le Front de libération nationale algérien (FLN) en protestation contre un couvre-feu et autres restrictions racistes de libertés imposées aux « FMA », Français musulmans d’Algérie, dans Paris et sa banlieue. Entre 200 et 400 manifestants sont morts. On retrouvera parmi eux des dizaines de noyés dans la Seine. Sans compter les milliers d’Algériens reconduits en Algérie, dont une partie aussitôt internée.

 

Les forces de l’ordre étaient alors dirigées par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. Ce dernier s’est illustré en Gironde par son rôle pendant l’Occupation, comme secrétaire de la préfecture de la Gironde, dans la déportation des Juifs de Bordeaux. C’est pourquoi, en 1998, il a été condamné pour complicité de crime contre l’humanité.

D’ailleurs nous sommes d’ici 33 revendique :

1. La reconnaissance officielle de ces massacres comme crime d’État ;

2. L’abrogation de la loi scélérate du 23 février 2005 qui officialise une interprétation positive du passé colonial de la France ;

3. L’ouverture des archives.

Merci de votre participation et merci de faire passer ces informations !

Contre le racisme, contre la politique d’immigration et pour la régularisation des sans-papiers !

D’ailleurs nous sommes d’ici 33

Mail : dailleursnoussommesdici33@hotmail.fr

Site internet : http://dailleursnoussommesdici.org/

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.