« La Visite de la fanfare » d’Eran Kolirin

Un conte de Noël

En décembre 2007, La Visite de la fanfare est arrivé à point nommé sur les écrans pour les fêtes de fin d’année, comme un conte de Noël en quelque sorte. Co-production franco-israélienne, La Visite de la fanfare a été plébiscité par le public des Festivals : présenté à Cannes, dans la section « Un certain regard », le film a remporté le prix « Coup de cœur » ; à Pessac, il a été élu par le jury étudiant du Festival du film d’histoire. Mais c’est en Israël qu’il a rencontré le plus grand succès : 1er prix du 24e Festival international de Jérusalem et meilleurs comédiens pour les deux têtes d’affiche : Sasson Gabai et Ronit Elkabetz en 2007, puis huit Ophir (les César israéliens) sur les douze possibles… La Visite de la fanfare est le premier long métrage d’Eran Kolirin, un jeune réalisateur de 34 ans qui a choisi la parabole pour exprimer son désir de paix et être en mesure de toucher le grand public.

Tout raides dans leurs uniformes, les membres de la fanfare de la police d’Alexandrie débarquent dans un aéroport désert où personne n’a pris la peine de venir les chercher. Le chef de la fanfare, Tewfiq (Sasson Gabai) est trop fier pour appeler l’ambassade à l’aide et, surtout, il sait que les temps ne sont plus à la musique, que désormais, seule la rentabilité importe : en Égypte aussi, les comptables ont ouvert la chasse aux poètes…. Ils se débrouilleront donc pour trouver un moyen d’atteindre le centre culturel arabe où ils doivent donner un concert pour son inauguration. Une maîtrise de l’anglais imparfaite et une attention trop grande à une belle Israélienne de la part de Simon (Khalifa Natour), le jeune violoniste, engendrent une confusion sur les lieux, et la fanfare se retrouve paumée au milieu de nulle part dans une banlieue à l’israélienne : le béton, les éclairages publics, les avenues à quatre voies pourraient signifier la ville occidentale, mais le vent et la poussière rappellent le désert et le Moyen-Orient. La situation serait désespérée (il n’existe pas d’hôtel) si les membres de la fanfare ne trouvaient pas aide et réconfort auprès d’Israéliens qui leur offrent le gîte et le couvert en attendant le car qui ne passera que le lendemain.

Le temps d’une soirée et d’une nuit, les huit musiciens vont partager, au sens fort du terme, la vie des Israéliens : le pain est rompu et des matelas disposés sur le sol pour dormir. Tewfiq et Simon sur qui le chef de la fanfare tient à garder un œil sont hébergés par Dina (Ronit Elkabetz, la réalisatrice avec son frère Shlomi de deux films forts et beaux sur les pesanteurs de la société israélienne et singulièrement chez les sépharades : Prendre femme en 2005 et Les Sept jours en 2008). Pendant que Tewfiq et Dina vont prendre un pot en ville, Simon accompagne des Israéliens de son âge dans une patinoire pour patins à roulettes sur fond de musique disco et sous les lumières crues des néons : la trivialité comme expression du vide culturel est ainsi montrée alors que Dina l’a exprimée dès la première rencontre.

Comme chacun sait que les relations seront forcément éphémères, les échanges gagnent en intensité, en profondeur et les carapaces se fissurent. Même Tewfiq, le chef austère, avoue ses blessures intimes à Dina quand son second joue son concerto irrémédiablement inachevé pour ses hôtes israéliens. En montage parallèle, Simon professe l’art d’aimer pour aider son compagnon à se déniaiser et lorsqu’il parle d’amour, Simon ne peut le faire que dans sa langue maternelle : toute la sensualité de l’arabe (que Dina évoquera également avec nostalgie à propos des feuilletons égyptiens regardés en famille en Israël : et si les antagonismes n’étaient pas aussi simples que l’on veut nous le faire croire) s’exprime devant les yeux ébahis du jeune Israélien. Enfin, le caractère éphémère de la rencontre affecte un prix supplémentaire à l’attitude des personnages de ce récit : gratuite, la générosité des hôtes israéliens ne sera pas payée en retour et tous le savent ; un séjour sans lendemain et donc sans conséquence, n’empêche pas les Égyptiens de se conduire dignement.

Plus tard dans la nuit, lorsque Tewfiq comprend que Dina et Simon font l’amour, un léger sourire exprime simplement sa complicité et que, paternel, il se réjouit de cet acte de vie que son fils de substitution accomplit à sa place : un grand acteur et un cinéaste qui sait capter l’instant pour faire juste des images de cinéma, mais quelle vérité dans ce simple plan ! Au cœur du récit, Dina, magnifique aussi bien au dehors qu’au dedans, dont la beauté liée à la force vitale qui émane d’elle, incarne à la perfection la prophétie de Louis Aragon sur l’avenir de l’homme. Et bienheureux l’homme qui, dans sa vie, a pu et su aimer une Dina même le bref espace d’une nuit !

Dépourvus de tout discours et a fortiori de tout pathos, le film à travers le comportement des différents protagonistes de La Visite de la fanfare montre ce qui constitue l’être humain : l’hospitalité, l’entr’aide chère à Kropotkine, considérer l’autre comme un égal, comme un autre soi-même (Tewfiq donne du madame, en français dans la VO, à Dina pour lui dire son respect à elle qui vit seule et libre jusqu’à l’effronterie), la sexualité comme manifestation essentielle de la vie… L’application de ce code intériorisé, fondement de la dignité, construit sur des valeurs toutes simples (honnêteté, convivialité, respect de l’être humain, etc.) par ces petites gens israéliens et égyptiens musulmans ou coptes (Simon porte un prénom chrétien mais la question de la religion n’est à aucun moment posée à l’intérieur de la fanfare comme dans l’ensemble du film du reste) exprime en images parfaitement que la « common decency » ne connaît pas de barrières culturelles et que « le choc des civilisations » n’est qu’une théorie invalidée par le comportement des protagonistes de La Visite de la fanfare.

Sans prétention aucune, ce film constitue un manifeste contre toutes les formes d’intégrisme. Amos Oz a écrit un petit recueil salubre intitulé Comment guérir un fanatique (Paris, Gallimard, 2006) ; la projection obligatoire de La Visite de la fanfare dans les conditions d’Orange Mécanique constituerait sans doute un moyen efficace d’en guérir quelques-uns et, à défaut, de faire périr d’horreur les autres…     

Mato-Topé

SharePARTAGER
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.